vous êtes ici : accueil > La Section > Elections

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte
Document à télécharger

Profession de foi CGT971

Du 1er au 8 décembre 2022 ...
je vote pour la CGT !

Les élus CGT, vous les connaissez. Dans les services ils sont à vos côtés pour défendre les droits et garanties de tous les agents.
A la DRFiP 971 ; Ils vous rendent compte après chaque CTL, chaque audience avec l’administration, de leurs interventions et du contenu des séances.
Le compte-rendu de leur mandat est une préoccupation essentielle.
Ainsi, durant la crise sanitaire, ils ont été attentifs à rendre compte rapidement de chaque audio ou vision conférence.
Ils ont également le souci de l’unité syndicale, pour porter les revendications élaborées avec les agents.

Le Code des Pensions est un des piliers du Statut. Or, il est gravement menacé par le projet de réforme des retraites du gouvernement. Comme pour la "réforme à points", combattue par la
CGT, et qui a été abandonné, la CGT ne laissera pas passer l’effondrement du niveau des pensions, ni une nouvelle augmentation de la durée de cotisation.
Avec une inflation de plus 6% sur 1 an, l’augmentation de 3,5% du point d’indice est largement insuffisante, alors que les agents de la DGFiP connaissent déjà une forme de précarisation avec le
tassement catastrophique des grilles indiciaires encore plus en Guadeloupe avec la vie chère.
Il s’agit de la négation même du principe d’évolution de carrière et de reconnaissance de l’expérience professionnelle acquise. En ce sens, l’annonce de la DG de "primes d’attractivité" est un leurre.
Le service public républicain doit rester basé sur l’égalité de traitement, garantit par le Statut, la CGT s’oppose donc à l’instauration du salaire au mérite, qui ouvre la voie à l’arbitraire et revendique une augmentation d’au moins 10% de la valeur du point d’indice avec un effet rétroactif au 1er janvier 2022.

Le CSA :

La loi de transformation de la Fonction publique de 2019 a supprimé les CAP (Commissions Administratives Paritaires) et fusionne les CTL (Comités Techniques Locaux) avec les CHS-CT (Comités d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail ) au profit de la création des CSA (Comités Sociaux d’Administration) à compter de janvier 2023.
Pour la CGT, cette loi affaiblit fortement la démocratie sociale, elle doit être abrogée.
L’obsession du tout numérique éloigne l’usager du service public. Et pour les agents, ces dispositions ouvrent la voie à la démotivation, à la déqualification, à une « déshumanisation », déjà constatées dans de nombreux services. Les risques d’une forme de harcèlement statistique et de dérives managériales sont accrus, celui d’une explosion des Risques Psychos Sociaux également.
Nous le constatons en CHS-CT, dont la CGT assure le secrétariat, nombre d’agents y sont de plus en plus régulièrement confrontés, au détriment d’un bon exercice des missions de service public et au prix d’une dégradation incessante des conditions de travail.
C’est pourquoi les élus CGT défendent un syndicalisme de luttes et de revendications, pour la défense au quotidien de nos droits et garanties, nos rémunérations, notre santé, nos missions,
nos conditions de travail et du service public.

Komba la ka kontiniyé !
Ansanm ansanm, nou ka lité !
Ansanm ansanm, nou ka gannyé !

Article publié le 4 novembre 2022.


Politique de confidentialité. Site réalisé en interne et propulsé par SPIP.